"LE COPAIN D'ABORD"

Brassens revisité

UNE GIFLE

Si l'interprète est celui qui explique, éclaircit le sens, délivre, enfin, l'accès à la part cachée d'une œuvre, alors ne cherchez plus : Georges Brassens a trouvé son plus grand interprète. Il s'appelle Yves Uzureau et il ne chante pas comme les autres, avec ses seules cordes vocales : chez lui, TOUT chante, et swingue - car il est musicien - et joue, - car il est comédien. (...) Brassens proposait des musiques dépouillées (on le lui reprocha parfois), laissant à d'autres le soin de les habiller à leur gré : Yves Uzureau le prend au mot, ou, plutôt, à la note, et signe avec son complice Pierre Debiesme - un véritable homme-orchestre, ce Pierrot-là - des arrangements époustouflants d'évidence où blues, jazz, country, rock, samba... fraternisent magistralement.
Le respect pour l'oeuvre servie le dispute ici à l'originalité : on n'en sort pas indemne.
Patachou, après avoir écouté Brassens pour la première fois, dira avoir reçu l'équivalent d'une gifle La gifle Uzureau est de celles, aussi, qui vous donnent envie de tendre l'autre joue.

Les Amis de Georges n°41
Janvier/Février 1998

LES FORMULES

  • Le spectacle peut être envisagé sous plusieurs formules :
    • version BOBINO (3 artistes)
    • version à trois (chant/guitare, guitare multi-effets, contrebasse)
    • version à deux (chant/guitare, guitare multi-effets)

  • Versions acoustiques (swing Brassens) :
    • chant/guitare + guitare manouche
    • chant/guitare + contrebasse


Photos : Patrick Monin

Site internet de Rodolphe Raffali